Recevoir un devis gratuit pour des produits EDM

1 Créez vous un compte gratuitement sur notre site.
2 Parcourez notre catalogue et ajoutez vos produits dans votre panier.
3 Validez votre panier et demandez un devis gratuit

En cas de problème, vous pouvez également nous contacter par téléphone ou mail.

Horaires d'ouverture de notre accueil

Lun-Ven 09h00 - 18h00
par Sophie / 20/09/2017

Comment bien réaliser son échographie endocavitaire pour minimiser les risques de contaminations ?

L'échographie endocavitaire est réalisé plus de 4 millions de fois par an en France et comporte des risques d’infections comme l’hépatite C, le papillomavirus et bien d’autres. Il est très difficile de prouver le lien entre la contamination et l’échographie endocavitaire mais il ne faut pas supposer que le risque est inexistant. La transmission peut se faire par le gel d'échographie utilisé ou à cause d’une protection de sonde endocavitaire abîmée par exemple. Mais pas de panique… il existe des moyens de réduire ces risques.

Utiliser des gaines de protection pour sonde à usage unique marquées « CE dispositif médical »

Notre premier conseil est de vous munir de protections à usage unique ayant le marquage CE et adaptée à la sonde échographie et son usage. Pour une échographie endocavitaire vous n’utiliserez pas la même protection pour sonde que pour une échographie superficielle. Les sondes d'échographie sont très différentes ! 

Est-ce qu’il est indispensable qu’une protection pour sonde soit stérile ?

Lors d’échographies endocavitaires, la sonde est en contact avec les tissus muqueux. Ces sondes endocavitaires sont des dispositifs semi-critiques. Utiliser une protection est donc indispensable mais elle ne doit pas nécessairement être stérile… uniquement si le patient traité représente un risque de contamination élevé ou si l’examen est réalisé au bloc opératoire.

Pour ce dernier cas nous recommandons d’utiliser l’Ultra Cover TM stérile. Pour éviter les allergies, pensez aux protections sans latex.

Que ne faut-il pas utiliser ?

Une fois sur 4, la gaine choisie ne satisfait pas aux recommandations de bonnes pratiques. En effet, certains utilisent des préservatifs à usage sexuel, doigt de gant ou doigtier. En utilisant ces dispositifs vous mettez en danger la santé de vos patients !

Porter des gants et se laver les mains entre chaque patient et changement de gants

Maintenant que votre patient et que la sonde d'échographie sont protégés c’est à votre tour. Il est important de porter des gants à usage unique (stérile ou non) tout le long de la procédure. Vous pouvez utiliser des gants sans latex pour éviter les allergies. Attention, il ne faut jamais réutiliser les gants, les laver ou les stériliser. 

En 2008, le HCSP met l’accent sur le « respect strict de l’hygiène des mains et du port des gants, avec en particulier, une friction hydro alcoolique et un changement de gants à UU non stériles après avoir retiré la gaine et avant l’étape de désinfection » dans son avis relatif à la désinfection des sondes à échographie endocavitaire (SEE). Et pourtant, l’Enquête exploratoire nationale relative aux pratiques d'hygiène appliquées aux sondes à échographie endovaginale révèle qu’uniquement 57,1 % des praticiens se lavent les mains entre chaque changement de pairs de gants et que 9,6 % n’utilisent pas de gants.

Se laver les mains et utiliser des gants à usage unique permet de réduire les risques de contaminations alors n’oubliez pas d’en porter dès que vous protégez la sonde, de les enlever à la fin de l’examen et de bien vous lavez les mains.

Utiliser un gel stérile pour réaliser l'échographie

En France, il est recommandé d’utiliser du gel d’échographie (gel ECG) conditionné dans un flacon de 250ml. Chaque flacon ouvert doit être jeté à la fin de la journée. Selon l’Enquête exploratoire nationale relative aux pratiques d'hygiène appliquées aux sondes à échographie endovaginal, dans 7 cas sur 10 les flacons ne sont pas mis à la poubelle lorsque la journée est finie.

D’autres praticiens réutilisent les mêmes flacons en les remplissant. Cette pratique augmente la possibilité que des micro-organismes soient présents. Pour éviter cela, assurez vous de changer votre flacon le plus souvent possible, et éviter que le gel ne soit trop longtemps en contact avec l’air.

Pourquoi un gel stérile (gel ECG) ?

Une étude a été réalisée par l’European Society of Radiology en Octobre 2016 (lien : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5110482/pdf/13244_2016_Article_528.pdf).

Elle souligne que 35% et 30% des 946 praticiens interrogés utilisent respectivement des bouteilles à usage unique ou du gel stérile. Cela permet d’éviter les risques de contaminations croisées (en jetant à chaque fois la bouteille) et qu’aucun agent pathogène ne traverse la protection.

Inspecter la protection, désinfecter la sonde

Seulement 50% des professionnels exerçant en établissement de santé examinent toujours l’intégrité de la protection. (Selon Enquête exploratoire nationale relative aux pratiques d'hygiène appliquées aux sondes a échographie endovaginale réalisée par le CCLIN AR et le GREPH, Octobre 2016).

Avant d’utiliser une protection, vérifiez la date de péremption et l’intégrité de l’emballage.

Pourquoi inspecter la protection ?

Il est important de vérifier l’intégrité de la protection car si cette dernière est abimée le risque de contamination est critique. Observez la gaine à l’œil nu puis remplissez là d’eau pour vérifier qu’elle n’est pas percée. En cas de protection défectueuse, le praticien doit obligatoirement le signaler dans le système de matériovigilance.

Pourquoi inspecter et désinfecter la sonde ?

Vérifier la présence de souillures ou anomalies visibles sur la sonde permet de la préparer à la désinfection. Il faut utiliser une lingette à usage unique sèche pour réaliser un contrôle visuel d’étanchéité de la sonde. Même si aucune anomalie n’a été relevée, vous devez toujours réaliser une désinfection de niveau intermédiaire après une désinfection de bas niveau.

Comment effectuer une désinfection de bas niveau puis de niveau intermédiaire ?

Pour réaliser une désinfection de bas niveau, utilisez des lingettes à usage unique ou un spray pulvérisé sur un linge non tissé propre.

Concernant la désinfection de niveau intermédiaire, le rapport du CCLIN en Octobre 2016 indique qu’ « une désinfection de niveau 2 ou plus doit être disponible en permanence dans chaque centre réalisant des échographies endocavitaires ». Pour la réaliser, utilisez un bac de trempage ou un système de désinfection.

Nettoyer son environnement proche entre chaque patient

D’après l’avis du HCSP publié en janvier 2016 : Il faut nettoyer soigneusement tout le poste d’examen après chaque intervention. Cela comprend la table d’examen, le clavier de l’échographe, le manche de la sonde et son support de fixation. Nettoyer son environnement proche permet d’éviter les contaminations croisées.

 

Sources :

  • Enquête exploratoire nationale relative aux pratiques d'hygiène appliquées aux sondes à échographie endovaginale réalisée par le CCLIN en Octobre 2016
  • Infection prevention and ultrasound probe decontamination practices in Europe: a survey of the European Society of Radiology by Christiane Marita Nyhsen & Hilary Humphreys & Carlos Nicolau & Gerhard Mostbeck4 & Michel Claudon, Octobre 2016
  • *Avis relatif à la désinfection des sondes à échographie endocavitaire (SEE) publié le 8 janvier 2016 par le Haut Conseil de la santé publique
  • Share LinkedIn
EDM Imaging 2019 - Consommables et accessoires pour l'imagerie médicale - Mentions légales
TOP